Rechercher
  • angélique VAURY

L'astéroïde Bennu est en vue de la sonde Osiris-Rex


Partie de la Terre il y a deux ans, Osiris-Rex n'est plus très loin de sa cible, le géocroiseur Bennu. L'approche finale vient de commencer.


Vous vous en souvenez peut-être : fin septembre, l'année dernière, la sonde Osiris-Rex (Origins, Spectral Interpretation, Resource Identification, Security-Regolith Explorer) faisait un détour par la Terre, nous transmettant une carte postale de la planète (et de son satellite) et surtout, l'engin de la Nasa profitait de cette visite programmée pour prendre de la vitesse et ainsi rejoindre plus vite sa cible. Dix mois et demi plus tard, après un voyage interplanétaire de quelque 1,8 milliard de kilomètres depuis son départ il y a presque deux ans, la voici enfin en vue de Bennu (ou Bénou, anciennement 1999 RQ36). Le 17 août dernier, à une distance de (seulement) 2,2 millions de kilomètres, elle a ouvert son œil PolyCam sur le corps céleste qu'elle va bientôt survoler. L'approche finale, prélude à cette mission très ambitieuse, a commencé. L'arrivée est prévue le 3 décembre.

L’approche finale de l’astéroïde Bennu

D'ici là, point de répit pour Osiris-Rex et tous ceux qui sont derrière lui, scientifiques et ingénieurs. « [...] l'équipe de la mission va passer les prochains mois à en apprendre le plus possible sur la taille, la forme, la surface et l'environnement de Bennu avant que l'engin spatial n'atteigne l'astéroïde », a précisé Dante Lauretta qui dirige la mission à l'université d'Arizona. Il s'agit bien sûr d'être bien préparé à l'accompagnement de cet astre d'une taille estimée à environ 492 mètres de diamètre.


Première image de l’astéroïde Bennu prise le 17 août par Osiris-Rex. © Nasa, Goddard, University of Arizona

Au cours de cette phase finale d'approche, Osiris-Rex procédera donc à la détection d'éventuels compagnons au géocroiseur et activité comme des dégazages ; à partir du premier octobre, elle commencera à ralentir, à la mi-octobre, il sera question d'éjecter la protection de son bras - celui qui procédera aux prélèvements -, à le déployer et à le photographier ; vers la fin octobre, au moyen de la suite Ocam - elle comprend PolyCam, MapCam et SamCam -, l'équipe dressera un premier portrait global de Bennu puis débutera la cartographie de l'astre.


Au menu de la mission Osiris-Rex

Via ses différents instruments, la sonde va donc faire plus ample connaissance avec cet astéroïde considéré comme potentiellement dangereux, de par son orbite qui croise celle de la Terre tous les six ans. Mais ce ne sera pas l'unique objectif. Loin de là.

En l'étudiant de très près et en rapportant jusqu'à deux kilogrammesd'échantillons prélevés à sa surface (la cueillette est prévue en juillet 2020), les scientifiques auront donc un regard inédit sur les ingrédients préservés du Système solaire primitif qui pourraient nous raconter la naissance du Soleil et des planètes. La matière organique dont recèle Bennu pourrait avoir aussi beaucoup à leur dire au sujet de l'apparition de la vie sur Terre.

En outre, les chercheurs souhaitent mieux comprendre le comportement des astéroïdes tout au long de leur parcours (les modifications de leur trajectoire, etc.) et aussi évaluer la manne qu'ils représentent pour les futurs mineurs de l'espace.

Le retour sur Terre de la précieuse marchandise est attendu pour septembre 2023.


Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/asteroides-asteroide-bennu-vue-sonde-osiris-rex-72575/

0 vue
79600024_104671337705884_196099682513767
plasci.png
logo_260.gif
Astro Photo Météo 53
55 place de la commune
53000 Laval
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon