Rechercher

Les astronomes ont découvert la plus grande structure de l’univers local

Depuis l'Antiquité, les Hommes ont cherché à cartographier la Terre, et ce, avec de plus en plus de précision. Puis, des explorateurs d'un genre nouveau se sont lancés à l'assaut de l'Univers. Ils viennent de mettre au jour, dans la banlieue de la Voie lactée, une immense structure filamentaire jusqu'alors inconnue. La plus grande de l'univers local. Daniel Pomarède, astrophysicien au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), nous détaille la découverte.


Un filament de matière long d'environ 1,4 milliard d'années-lumière. Des centaines de milliers de galaxies prisonnières de la gravité. C'est à se demander comment les astronomes ont pu, jusqu'ici, passer à côté d'une structure aussi gigantesque. D'autant qu'elle évolue dans la banlieue de la Voie lactée, à seulement 500 millions d'années-lumière de notre Terre. « C'est une surprise de découvrir un filament si grand et si proche », nous confirme Daniel Pomarède, astrophysicien à l'Institut de recherche sur les lois fondamentales de l’univers du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (Irfu, CEA - France). « Notre Terre est immergée dans le disque de la Voie lactée. De fait, ce filament nous est caché par des nuages moléculaires et de poussières. Notamment par un complexe de nuages dans la constellation du Caméléon. Mais aussi par les Nuages de Magellan, deux galaxies naines, satellites de la nôtre. »


Mesurer la vitesse des galaxies Et c'est finalement une approche indirecte qui a permis aux chercheurs de percer ces nuages pour aller explorer pour la première fois la région du pôle Sud céleste. Ils ont analysé les mouvements de galaxies voisines. Les mouvements de quelque 18.000 de ces galaxies qui ont trahi la présence, dans cette région, d'une structure jusqu'alors inconnue. La plus grande de l'univers local. Cette structure, ils l'ont baptisée le Mur du Pôle Sud. Pour mieux comprendre, remontons aux années 1960 et à la découverte du fond diffus cosmologique. « Les cartes qui révèlent les infimes fluctuations de température -- de l'ordre de 10-5 K -- de ce fond diffus ont été largement diffusées. Mais, en réalité, la première chose que les chercheurs ont vue, lorsqu'ils ont découvert les images du fond diffus cosmologique, c'est une variation plus importante de température, de l'ordre de 10-3 K : une variation dipolaire, nous rappelle l'astrophysicien. Celle-ci a montré que le groupe local dans lequel s'inscrit la Voie lactée se déplace dans l'Univers à une vitesse de 630 km/s, soit 2,3 millions de km/h. » Dès lors, les cosmologistes ont cherché à décrypter ce mouvement.



Voyage au cœur de la toile cosmique « Aujourd'hui, c'est l'objectif de la cosmographie, cette science qui cherche à cartographier l'Univers : comprendre quels sont les éléments de la toile cosmique qui participent à créer ce mouvement. » Car, rappelons que les fluctuations primordiales du champ de température de l'Univers ont mené à la constitution de régions plus ou moins denses que la moyenne. « La gravitation a fait couler la matière des régions les moins denses vers les régions les plus denses, précise Daniel Pomarède pour Futura. Il s'est alors formé une structure que les astronomes qualifient de toile cosmique, une structure comportant des filaments de matière noire et de matière lumineuse qui relie entre elles les régions les plus denses (que les cosmologistes appellent des nœuds) tout en séparant les régions les moins denses que l'on qualifie de vides. » Ainsi, parmi les éléments importants de la toile cosmique, il y a celui que les chercheurs appellent le Grand attracteur. Il a été localisé au milieu des années 1980, en analysant les mouvements de 400 galaxies, toutes attirées vers une région qui se situe du côté de l'amas du Centaure. À la fin des années 2000, les astronomes Hélène Courtois et Brent Tully lancent le programme Cosmicflows avec tout d'abord un catalogue des vitesses de 1.700 galaxies : Cosmicflows-1. Et quelques années plus tard, Cosmicflows-2 s'étend à plus de 8.000 galaxies. « Il nous a permis de découvrir Laniakea, notre superamas de galaxies. Comme un bassin d'attraction à l'intérieur duquel les courants cosmiques convergent vers le Grand attracteur. Nous avons vu apparaître une sorte de "sphère d'influence" en 3D nous permettant de définir le superamas de galaxie. Notre groupe local se trouve dans la lointaine périphérie. »


Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/univers-astronomes-ont-decouvert-plus-grande-structure-univers-local-9406/

21 vues
79600024_104671337705884_196099682513767
plasci.png
logo_260.gif
Astro Photo Météo 53
55 place de la commune
53000 Laval
Blue Planet Icon Children & Kids Logo (1
0