Vagues de chaleur : si rien n’est fait, le stress thermique affectera plus d’1 milliard de personnes

Le stress thermique dû aux épisodes de chaleur humide extrêmes affectera entre 500 millions et 1,2 milliard de personnes par an d’ici à 2100. Un intervalle qui dépend du scénario climatique retenu : respect des Accords de Paris ou poursuite des émissions au rythme actuel. Les résultats ont été publiés dans la revue Environmental Research Letters le 5 mars dernier.

Actuellement, la température moyenne sur Terre s’est réchauffée d’environ 1 °C par rapport à la période préindustrielle. Quoi que nous fassions, l’élévation thermique se poursuivra sur les dix à vingt prochaines années au moins. En effet, à cet horizon, la trajectoire est déjà engagée par les gaz effet de serre (GES) émis au cours des dernières décennies. Quand on parle d’actions pour limiter le réchauffement, on parle donc essentiellement de la seconde moitié du siècle.

La dangerosité des épisodes de chaleur humide

Dans une nouvelle étude, des chercheurs ont évalué la proportion de la population mondiale qui risque d’être concernée par un stress thermique d’ici la fin du siècle. Et ce, selon différents scénarios de réchauffement global. « Lorsque nous examinons les risques associés à une planète plus chaude, nous devons accorder une attention particulière aux extrêmes combinant chaleur et humidité. Lesquels sont particulièrement dangereux pour la santé humaine » précise Robert E. Kopp, un des co-auteurs du papier. En effet, les précédents travaux de ce type tendaient à ne prendre en compte que la température dite sensible.

Source : https://sciencepost.fr/

6 vues
79600024_104671337705884_196099682513767
plasci.png
logo_260.gif
Astro Photo Météo 53
55 place de la commune
53000 Laval
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon